Toutes les meilleures ventes
Créer un devis à partir de ce panier Demander un devis
  • Paiements sécurisés

  • Livraison rapide

Comment baliser un parcours ?

Publié le : 23/09/2019 - Catégories : Organiser un événement

Bien baliser un parcours est important tant pour le déroulement de l’épreuve, pour la sécurité des concurrents, que pour le respect envers les sportifs qui se sont déplacés, en payant une inscription (qui équivaut à une prestation).

Bien baliser devient donc une obligation pour tous … et dans l’intérêt de tous !

Baliser un parcours

Baliser, à quelles dates ?

Selon vos secteurs géographiques, le temps météo et les risques de débalisage (chasseurs, vttiste, marcheurs, riverains non avertis), il faut avoir une bonne connaissance de ses secteurs à baliser. Si il n’y a aucune contrainte particulière, vous pouvez déjà baliser 3 à 5 jours avant. Ceci vous permettra de vous rassurer, de faire le tour des terrains, chemins, de déterminer si de nouvelles surprises arrivent (arbre couché, glissement de terrain…). Rubalise, bombe de marquage au sol éphémère ou temporaire, tout peut rester en place.


Concernant les bombes de marquage éphémères ou temporaires, c’est la puissance de la pluie qui fait partir la cire ou la craie posée au sol. Il faudra donc avoir un œil attentif à la météo.

Ensuite, la veille de l’évènement, c’est toujours le bon moment pour baliser, ou compléter le balisage, avec des panneaux aquilux, marquage au sol, ruban, rubalise.

Enfin, et c’est là que peu d’organisateurs travaillent la chose, il faut une personne ou une équipe qui parte avant le départ de la course, à vélo ou moto ou en courant pour s’assurer que le balisage est bien en place.

Mais surtout, il faudra penser à enlever le balisage après l’évènement. C’est la où les cerfils de course ont leurs intérêts. A la fois pour sécuriser les coureurs blessés, les perdus, mais surtout pour débaliser. Avec un bon sac à dos, on arrive à y mettre plein de choses (ruban, piquet, panneau…).

Enlever le marquage 3 à 4j après l’évènement, ne plait pas beaucoup aux mairies, aux équipes techniques, aux riverains.. alors autant le faire de suite.

Quels sont les types de balisage sur une course ?


1 - La rubalise


La boutique des organisateurs propose une série de rubalise :
-    Plastique unie de couleurs, ou hachurée
-    Oxobiodegradable (se décompose à moyen terme)
-    Biodegradable en fibre de bois (se décompose à court terme)
-    Homecompost (se décompose dans le compost)
-    Végétext (fabriqué à base de 85% de matières bio sourcées)
-    Ruban réutilisable : la boutique des organisateurs est la seule en France à proposer ce type de balisage écologique !

2 - La bombe de marquage au sol


La boutique des organisateurs propose 3 produits différents :
-    Marquage au sol éphémère en 3 couleurs : s’efface tout seul en 15/30j
-    Marquage au sol temporaire en 7 couleurs : s’efface tout seul en 25/40j
-    Marquage au sol temporaire à la craie en 7 couleurs : s’efface tout seul en 30/40j – balisage écologique

3 - Le plâtre au sol

Le plâtre ou la farine de blé est une solution mais à transporteur par vos signaleurs, vos bénévoles, c’est un peu lourd…

4 - Les piquets en bois ou plastiques avec signalétiques

La boutique des organisateurs propose plusieurs types de piquets :
-    Piquet drapeau par lot de 100 – 6 couleurs possible
-    Jalon plastique 40cm ou 75cm ou 90 cm – plusieurs coloris
-    Piquet emboitable de 33cm orange flui
-    Drapeau biodégrable de 45cm de hauteur
-    Des flèches aquilux ou autocollants

5 - Marquage de nuit

La boutique des organisateurs propose différents supports de balisage pour la nuit :
-    Reflect light qui réfléchit la lumière
-    Photo light qui brille tout seul la nuit (vert fluo)
-    Toile réfléchissante à coller sur vos rubans ou sur des arbres
-    Flèches aquilux reflechissants
-    Bâtons lumineux 15cm ou 30cm

Tout est à retrouver sur notre boutique !

Les techniques de jalonnement : quand placer les jalons, comment ?


Plus vous placerez les jalons en avance, et plus vous aurez de chance que ces derniers soient retirés, envolés ou même mangés par les animaux (si si). Nous avons bien conscience qu’on ne peut pas baliser un trail de 30 kilomètres une heure avant le départ, mais arrangez-vous pour attendre le dernier moment.


•    faites des reconnaissances pour avoir une idée du type de fléchage que vous allez mettre à chaque croisement et estimer le matériel à mobiliser le jour J
•    Accrochez solidement les jalons, à hauteur des yeux (pas au sol) !
•    Si vous avez différentes équipes de balisage, assurez-vous que les jonctions de zones soient faites : faites un contrôle général du circuit.
•    Quelle que soit la signalétique placée, mettez vous toujours à la place du coureur (essayez de prendre du recul sur votre mise en place pour voir si c’est visible de loin : on devrait toujours baliser en marche arrière !!)
•    Si vous souhaitez pas chaque année gaspiller de la rubalise , investissez dans des pinces à linge et nouez vos rubalises dessus. Pour ranger vos rubalises, accrochez-les directement sur un cintre (c’est aussi l’assurance de ne pas laisser des bouts de rubalise en forêt quand vous les arracherez pour les ranger)
•    Si vous avez plusieurs circuits, assurez vous d’utiliser des flèches de couleur différentes par circuits
•    Si vous avez un circuit commun à plusieurs courses et une séparation, annoncez la bifurcation bien avant. Au croisement en question, mettez un piquet en bois ou en plastique avec des flèches directionnelles (ainsi qu’un commissaire)
•    Placez des panneaux pour informer les voitures que des coureurs risquent de traverser, et placez un commissaire à chaque croisement de route / chemin. Avertissez aussi les coureurs qu’il y a un croisement de route.
•    Placez vos jalons en hauteur (le sabotage devient plus compliqué quand le jalon se trouve à 3m de haut). Vous imaginez par contre qu’il est compliqué d’aller baliser avec une échelle !

Partager ce contenu

Suivez-nous sur Facebook